top of page
  • FNP

Les Orthonyxies !

Dernière mise à jour : 12 avr. 2022

Abstract : Résumé du large arsenal d'appareillages thérapeutiques, qui existe actuellement, dans le domaine de l’orthoplastie, l’orthonyxie, et l’onychoplastie mais qui est peu, mal ou pas employé quotidiennement en cabinet pour prévenir, soulager, guérir les pathologies de l'avant pied, et éviter beaucoup d’interventions chirurgicales, douloureuses, invalidantes, mutilantes, et souvent récidivantes.





LES ORTHESES UNGUEALES ( orthonyxies ) Il en existe une multitude, la plupart inspirées de l'orthodontie, ce sont des appareillages qui permettent de prendre en charge à titre préventif et curatif, un très grand nombre de dysmorphies et onychopathies. Le parallèle qui est fait avec l'orthodontie permet d'utiliser de plus en plus, les résines composites photopolymérisables seules ou associées au fil titane.


LES ORTHESES UNGUEALES DE BLOCAGE DE COURBURE ( OUBC ) C’est le traitement préventif, le plus simple, des dysmorphoses unguéales convergentes telles que l’ongle en ‘’tuile de Provence’’ et l’ongle en ‘’volute ‘’ uniquement. Cet appareillage est dit passif, car il n’y a pas d’action immédiate, le résultat ser

a obtenu au bout de quelques mois. Il se caractérise par une barrette en résine composite photopolymérisable dure, fixée sur la partie proximale la plus large de l'ongle, véritable tuteur qui va maintenir cette largeur, tout au long de la repousse unguéale, jusqu’à la partie distale afin de redonner à l'ongle son parallélisme.

Cet appareillage permet également après tout type de corrections unguéales de créer une contention de stabilisation, obligatoire pour éviter toute récidive. Une barrette en résine composite photopolymérisable dure, sera fixée sur la partie proximale la plus large de l'ongle, pour maintenir la nouvelle courbure corrigée et renouvelée régulièrement. Normalement cette stabilisation devrait être portée à vie, mais il a été constaté sur de nombreux patients, présentant des dysmorphies moyennes, qu’après 3 ans de contention, sans nouvelle contention, il y avait peu de récidive.

LES ORTHESES UNGUEALES DE DECOMPRESSION ( OUD ) C’est une technique très rapide, de soulagement immédiat, des bords et coins unguéaux douloureux, malgré les soins.

Cette orthèse est constituée d’une petite barrette en résine composite photopolymérisable dure, placée en retrait de quelques millimètres du bord distal jusqu’a la moitié de l'ongle.

Le coin de l’ongle est légèrement relevé à l'aide d'un instrument, la résine est photopolymérisée quelques secondes, une fois durcie, elle maintient l’ongle dans sa nouvelle position créant la décompression, il n'y a donc plus de conflit entre l'ongle, le sillon ou le lit de l'ongle. Si cette décompression suffit à soulager définitivement le patient, il n'y aura pas d'autre intervention, dans le cas contraire, si le soulagement n’est pas durable, une orthèse unguéale de correction sera réalisée. Cette technique permet également de corriger les ongles de petite taille (2,3,4,5éme orteil) ainsi que ceux des enfants. En effet il est très difficile de fixer certaines orthèses unguéales sur les ongles trop étroits. La technique de décompression d'un bord puis de l'autre permet de corriger la courbure distale comme par exemple, des petits ongles en volute. On pourra également associer la technique de l'orthèse unguéale de blocage de courbure (OUBC), qui prendra alors le relais, lorsque la résine placée à la partie distale aura été éliminée.


LES ORTHESES UNGUEALES EN COMPOSITE ET TITANE ( OUCT ) De tous les types d’orthèses unguéales, une seule sort du lot, c’est un véritable appareillage orthodontique unguéal. Elle allie toutes les qualités que doit avoir un appareillage vraiment efficace, l'utilisation de résines composites photopolymérisables, qui permettent une excellente, résistante et durable fixation sur l'ongle, les fils en titane, unique matériau à mémoire de forme, de différents diamètres selon l’épaisseur de l’ongle, et surtout un système de fixation par plots coulissants, qui permettent au fil titane de coulisser, selon la loi incontournable de l’arc et de la corde.


L’appareillage est actif tout au long du traitement, sans interventions, modifications ni surtout réactivation. Selon les dysmorphies, le plot fixe englobant le fil titane est toujours fixé le plus près du bord unguéal à corriger, le plot coulissant est toujours fixé sur la partie à ne pas corriger, légèrement décalé vers le centre de l’ongle, pour n’exercer aucune traction.

Dans le cas d’une courbure ou d’une plicature bilatérale, le plot coulissant est placé au milieu de l’ongle, permettant ainsi à deux fils titane d’agirent en parallèle.

illustre cette technique est un homme de 55 ans électricien, présentant au pied gauche, une plicature unilatérale du bord latéro-médial, entrainant un conflit entre l’ongle et le sillon, aggravé par la présence de kératomes péri-sous unguéaux. Des consultations de contrôle sont effectuées tous les mois, pour vérifier la bonne fixation des plots, le coulissement du fil titane et la correction obtenue.








Après 5 mois de correction, la courbure de l’ongle est redevenue physiologique et l’orthèse de stabilisation est mise en place. A ce jour il n’y a pas de récidive.

Dans les cas de dysmorphies importantes, le traitement peut être renouvelé plusieurs fois, comme par exemple, deux fois 5 mois, voire plus, pour obtenir la correction maximum avant stabilisation.

Pour une plus grande précision, et un gain de temps, les appareillages peuvent être confectionnés à l’avance afin d’obtenir en série, une régularité de forme et de volume. Les différents appareillages ainsi préparés, pourront donc être fixés à l’aide de résines composites photopolymérisables, sur des zones de l’ongle, difficiles d’accès en quelques secondes. Les onychomycoses ne sont pas une contre-indication, sauf si elles détériorent la structure de l’ongle, les traitements pouvant s’appliquer, malgré l’appareillage. En résumé, les différentes orthèses unguéales de correction et de stabilisation en résines composites photopolymérisables et associées au fil titane permettent actuellement de traiter, soulager et guérir durablement, la majeure partie des dysmorphies et pathologies péri unguéales.


LES PROTHESES UNGUEALES ( onychoplasties ) ( PU ) Dans le cas d’une atteinte partielle ou importante de l’ongle, il est primordial de tout mettre en œuvre pour le reconstituer. Des résines auto polymérisables comme le ‘’Paladur’’ ont longtemps été utilisées avec plus ou moins de difficultés, mais nous disposons aujourd’hui de différentes résines composites photopolymérisables dures et surtout souples qui permettent de réaliser avec une grande facilité et rapidité, de véritables prothèses unguéales, à la fois esthétiques mais surtout résistantes dans les activités quotidiennes comme sportives. Dans le cas de l’ablation d’un kératome sous unguéal, et en l’absence de tout saignement, inflammation, infection, un recouvrement de la fenêtre de soin ( voie d’abord, d’accès ) est réalisé avec de la résine composite photopolymérisable souple afin d’absorber les micro traumatismes responsables de la pathologie. En cas de dénivellation importante entre la surface et le lit de l’ongle (profondeur du kératome, épaisseur de la plaque unguéale) on réalisera un léger comblement avec la partie base d’un silicone de shore ferme (35 shores) non catalysé, pour ne pas créer d’effet ‘’corps étranger’’, qui évitera à la résine de remplir la cavité et qui sera évacué progressivement avec la repousse de l’ongle.

Dans le cas d’une onycholyse importante, il faut disposer d’au moins 1/3 d’ongle sain, pour pouvoir fixer la résine. En cas de dénivellation importante, entre la surface et le lit de l’ongle (épaisseur de la plaque unguéale) on réalisera également un comblement avec du silicone (35 shores), qui servira de soubassement et de protection du lit de l’ongle, il formera une barrière à toute macération et développement microbien et mycosique, il sera évacué progressivement avec la repousse de l’ongle. Pour faciliter la réalisation de la prothèse, une préforme de résine est façonnée puis déposée sur le moignon unguéal, après lissage et finition, la photopolymérisation ne dure que quelques secondes.

Les onychomycoses ne sont pas une contre-indication, sauf si elles détériorent la structure de l’ongle, car les différents traitements peuvent être appliqués, au niveau du bord distal, ainsi que des sillons péris-unguéaux.

Un traitement de la cause, par orthèses plantaires ou digitales doit souvent être envisagé et associé pour éviter toutes récidives En conclusion, grâce à l’arsenal thérapeutique de tous ces petits appareillages orthétiques, le pédicure podologue se doit de les maitriser, grâce à une formation continue, afin de les utiliser quotidiennement, à titre préventif et curatif, pour soulager, corriger, guérir les innombrables pathologies digitales et unguéales de l’avant pied.

Références bibliographiques

  1. Coates IS . Silicone orthodigita and shielding . Part I to V interdigital wedges. J Am Podiatry Asoc. 1976

  2. Alain Lavigne . Daniel Noviel : Traité de la semelle orthopédique et autres orthèses en podologie 2ème édition Serdes 1981

  3. Entretiens de Bichat . journée de Podologie Septembre 2000 Expansion Scientifique

  4. JM Boissier . Podologie PAS A PAS Edition du LAU mars 2001

  5. Dr Robert Van LITH . Podologie appliquée Edition du LAU mars 2003

  6. Herb F. L’orthoplastie correctrice chez le jeune enfant . Revue de podologie 2003

  7. JM Boissier . Les orthoplasties chaussées en dynamique, injectées, tramées. E M C 2014

  8. Illgner U, butny T, Hoyer M,Wetz HH . Clinical acceptance reasons for rejection, and reduction of in shoe peak pressure with interdigital silicone ortheses J Am Podia Med Assoc 2014

  9. Ha Van G. Comment mettre en décharge une plaie chronique du pied diabétique. Diabetes Metab 1999;

  10. Sarah Malacarne, Jacques Philippe, Christophe Paoli. Importance de la décharge dans le traitement des lésions du pied diabétique Rev Med Suisse 2011; volume 7.

  11. Jérôme Haddad , Yves Bensimon. Prise en charge podologique des patients diabétiques à risque Revue du Podologue Vol 7, N° 39 - mai-juin 2011 pp. 11-14

  12. Tzeng JT A simple therapeutic approach to pincer nail deformity a memory alloy. Measurement of response Dermatol Surg march 2013

  13. JM Boissier Les orthonyxies et onychoplasties E M C 2016

338 vues0 commentaire

Comments


bottom of page