top of page
  • FNP

Les propositions de la FNP !



En cette nouvelle année et année électorale, la FNP vous présente ses objectifs pour la profession.


Autonomie et compétences professionnelles : les objectifs de la FNP.


La valorisation des compétences et de l’expertise des professionnels représente un enjeu majeur pour l’avenir de notre métier. Actuellement, nous avons un bilan diagnostique de pédicurie podologie reconnu officiellement mais dont le champ d’action est limité par un droit de prescription restreint et une limitation dans nos pratiques professionnelles.


La profession de pédicure podologue présente 2 spécificités majeures:

  • une tarification libre qui a permis aux podologues d’ajuster leurs revenus en fonction de l’inflation. Les professions dépendant de leurs conventions ont vu leur pouvoir d’achat baisser au cours des dernières années.

  • une cotisation maladie très élevée sur la grande majorité de ses actes, doublée d’une difficulté de remplissage des cabinets.

Il nous faut donc trouver un équilibre entre une activité libre et des actes spécifiques susceptibles d’augmenter le flux de patients, notamment lors de l’installation des jeunes podologues.


Ainsi, la FNP propose un travail sur 4 axes :

1. L’élargissement des droits de prescription :



- Prescription initiale des OP, la FNP souhaite faire reconnaître la compétence des pédicures podologues dans leur domaine. Ainsi, nous demandons que le pédicure podologue soit en capacité de réaliser la prescription initiale des orthèses plantaires et non plus uniquement en renouvellement comme c’est le cas depuis 2019. Les pédicures podologues reconnus comme professionnels de 1er recours se retrouvent parfois confrontés à la réalité du parcours de santé. Les patients ont l’obligation de retourner chez le médecin qui dans 99.9% des cas fera l’ordonnance. Nous pourrions ici optimiser le parcours de soin du patient et préserver du temps médical.


- Extension des prescriptions à quelques topiques listés, la FNP demande que le pédicure podologue soit en capacité de prescrire les traitements : antibiotiques cutanés, corticoïdes ou encore anesthésiques locaux permettant l’amélioration de la prise en charge du patient pour des actes que nous faisons tous les jours.


- Prescription des imageries, les pédicures podologues sont experts du pied et de l’appareil locomoteur. Combien de fois lors d’un bilan devons-nous réorienter chez le médecin pour obtenir une imagerie afin de respecter le parcours de soin. Ceci entraîne un retard de prise en charge et une perte de chance pour le patient, mais aussi un surcoût pour la sécurité sociale.

Bien évidemment, les axes des droits de prescription ne s’arrêtent pas là, avec la reconnaissance du droit de prescription des CHUT et des CHUP et leurs prises en charge, la prescription du prélèvement mycosique, mais aussi la prise en charge des bas de contention…


2. L’amélioration de la prise en charge :


- Gradation autonome du POD, la FNP demande à ce que les pédicures podologues soient reconnus compétents dans la détermination du grade des patients diabétiques. Cette reconnaissance existe déjà à demi-mot. En effet, depuis l’avenant N°4, si le podologue juge que le grade annoncé par l’ordonnance n’est pas correct il peut facturer une séance POD et informer son patient que les séances suivantes ne seront pas prises en charge.


- Revalorisation des IFA: les IFA principalement dans le cadre d’un POD sont des indemnités techniques qui pourraient être valorisées à l’image des IFA que la sécurité sociale octroie à certaines professions de santé.


- Revalorisation des pansements, dans la même dynamique que la revalorisation des actes de rééducation obtenue par la FNP en 2020 avec l’avenant N°4, nous demandons une revalorisation des actes communs avec les infirmiers. Comme il nous avait été répondu lors de notre demande pour les actes de rééducation, il est effectivement logique que des prestations identiques soient indemnisées à tarif identique.


- Intégration des orthèses plantaires dans le SNIR : actuellement, lors des commissions paritaires régionales et nationales avec les caisses d’assurances maladies, sont évoquées dans notre activité les orthèses plantaires. Cette mesure aurait un coût peu élevé pour la sécurité sociale, et permettrait d’avoir une part plus importante du BNC dans le SNIR dont les cotisations sont beaucoup moins importantes.

Ces points sont bien évidemment les axes principaux, mais ne sont pas les seuls, la FNP continue son combat pour faire reconnaître les pédicures podologues à leur juste valeur dans le monde de la santé. La prise en charge d’un bilan de la personne âgée (référence à la recommandation de la HAS) ou encore la prise en charge de patients à risque artéritique sont des revendications qui doivent faire parti de nos demandes, mais la FNP n’acceptera pas de nouveaux actes sans une tarification en adéquation avec nos pratiques en cabinet.


3. Développement des compétences professionnelles :

- L’index de pression systolique, acte aujourd’hui reconnu comme médicale qui permet les diagnostics précoces des troubles artériopathiques. La FNP demande à ce que les pédicures podologues soient reconnus comme acteurs de la recherche des AOMI. Cet acte facilement réalisable serait un vrai plus dans l’arsenal des pédicures podologues. Ceci serait en adéquation avec la recommandation HAS sur la personne âgée et sur les diabétiques.


- Prélèvements unguéaux, aujourd’hui les pédicures podologues sont confrontés à une réalité de terrain lorsqu’ils observent des mycoses unguéales. Il est alors impossible de faire un prélèvement et de l’envoyer au laboratoire pour savoir s’il y a présence de fongique ou pas, et de déterminer, le cas échéant l'antifongique le plus adéquat. Cet acte rentre parfaitement dans les compétences du podologue qui est également équipé pour pouvoir le faire.


- L’accès à l’échographie, pédicure podologue expert du pied… C’est pourquoi la FNP souhaite que les pédicures podologues aient le droit de pratiquer les échographies a l’instar des kinésithérapeutes depuis 2016. A l’image de nos plateformes électroniques l’accès à l’échographie permettrait aux podologues de pouvoir objectiver son diagnostic clinique et de suivre l’évolution de la pathologie.

Ces augmentations de compétences sont, pour la FNP, un premier pas vers une reconnaissance du métier et du savoir-faire des pédicures podologues.

4. La suppression de la taxe additionnelle :


Combat permanent de la FNP tant qu’aucune solution cohérente ne sera envisagée. La FNP portera ce combat jusqu’à ce qu’enfin soit prise en considération la spécificité de la situation des pédicures podologues au régime des praticiens auxiliaires médicaux et l’iniquité insupportable qui en résulte.

Soutenez la FNP…

Objectifs
.
Download • 210KB



608 vues0 commentaire

Comments


bottom of page