top of page
  • FNP

Nous, on ne comprend pas ! Et vous? đŸ€”

DerniĂšre mise Ă  jour : 12 avr. 2022



Alors mĂȘme que le rapport de la H.A.S sur la prise en charge de la personne ĂągĂ©e recommande un bilan par le pĂ©dicure podologue dans le cadre des mesures visant Ă  rĂ©duire le risque de chutes, les podologues se trouvent exclus du plan gouvernemental anti-chute.


*https://www.has-sante.fr/jcms/c_272462/fr/le-pied-de-la-personne-agee-approche-medicale-et-prise-en-charge-de-pedicurie-podologie


Aujourd’hui, la prise en charge forfaitaire lors d’une visite Ă  domicile d’un patient diabĂ©tique est de 2,50 €, portant la consultation Ă  domicile Ă  29,50 € alors mĂȘme que le tarif moyen d’un pĂ©dicure podologue en cabinet est de 35 €. RĂ©sultat : les podologues dont le taux de charge est supĂ©rieur Ă  50% ne peuvent plus aujourd’hui, raisonnablement, accepter ce tarif forfaitaire.


En outre, la Caisse nationale d'assurance maladie a rĂ©affirmĂ© qu’elle considĂ©rait les soins (hors patient diabĂ©tique) comme de l’esthĂ©tique. L’assurance maladie assimile donc la prĂ©vention ainsi que le soin de lĂ©sions douloureuses et invalidantes Ă  des prestations relevant de l'esthĂ©tique
 On reste sans voix.


Aujourd’hui, les soins de pĂ©dicurie podologie ne sont pas pris en charge dans le panier de soins CMU / ACS / AME . Les patients prĂ©caires n’ont donc plus d’autre choix que de se rendre aux urgences pour le traitement de lĂ©sions, acte qui est pourtant assurĂ© quotidiennement par les pĂ©dicures podologues.


La FĂ©dĂ©ration Nationale des Podologues dĂ©fend le droit du praticien pĂ©dicure-podologue, Ă  dĂ©terminer lui-mĂȘme le nombre de sĂ©ances nĂ©cessaires aux patients diabĂ©tiques de grade 2 de risque podologique, c'est-Ă -dire Ă  risque Ă©levĂ© d’amputation et de plaie chronique.

Les pĂ©dicures podologues au rĂ©gime des praticiens conventionnĂ©s subissent un dĂ©savantage du fait de leur convention nationale : sur 95% de leurs actes ils paient une cotisation maladie de 9,75% contre 6,5% pour l’ensemble des autres professions libĂ©rales.


Leur seule solution pour ne plus subir cette inégalité ? Le déconventionnement.

Ce qui a pour effet l’absence de prise en charge pour les patients diabĂ©tiques 



Les mutuelles doivent prévoir un forfait « prévention » dans leurs offres. La FNP interpelle la mutualité française pour que les consultations du Pédicure-Podologue, professionnel de santé inscrit au code de la santé, soient systématiquement intégrées à ces forfaits.


Le décret de compétence permet, aux pédicures podologues, de prescrire des chaussures thérapeutiques de séries. (art R.4322-1 du CSP au 26 avril 2020) Mais bien que cette compétence soit reconnue, elle ne permet pas la prise en charge par les organismes sociaux.


Effectivement, la rĂ©alisation de certains actes peut s’avĂ©rer douloureuse (exĂ©rĂšses de cors, traitement des ongles incarnĂ©s 
). Bien que les pĂ©dicures-podologues soient des professionnelles de santĂ©, formĂ©s Ă  la gestion des risques, ils ne peuvent utiliser les anesthĂ©siques locaux pour le bien de leurs patients.


Contacts infos :

David BOUDET

Président FNP

06 70 71 26 78


Alexandre AKLI

Secrétaire Général

07 77 49 14 49



2 069 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page